Le verre qui se répare tout seul

C’est à la fois flippant et étonnant mais des scientifiques japonais ont réussi à créer un nouveau type de verre qui a la capacité de se réparer tout seul. Il se répare tout simplement en appuyant sur les fragments brisés et en les pressants l’un contre l’autre.

Ce serait peut-être la fin des écrans de smartphones cassés non ? C’est en effet ce que suggère l’invention. Cette invention fut récemment dévoilée par des chercheurs de l’université de Tokyo dans la revue Science. Ce sont eux qui ont réussi d’une manière très simple à développer du verre qui a la faculté de s’auto- réparer. Cela est possible grâce à la composition du matériau. C’est en effet un polymère que les scientifiques ont découverts par accident, pendant qu’ils travaillaient sur la conception de nouveaux adhésifs.

Un matériau solide et qui s’auto-répare

Pour mieux connaitre le matériau, Yu Yanagisawa a effectué plusieurs expérimentations. Ces dernières ont fini par confirmer les propriétés auto- réparant du polymère. Une vidéo mise en ligne par les médias japonais montre des chercheurs qui cassent le verre en deux et qui appliquent ensuite les fragments l’un contre l’autre. Au bout de 30 secondes environ, c’est comme si rien ne s’était passé. Le verre reforme un bloc et parait intact.

Ce n’est pas le premier matériaux auto- réparant découverts. D’autres matériaux semblables tels que le caoutchouc et le plastique ont déjà vu le jour.  D’après les scientifiques ce verre est le premier matériau qui peut s’auto réparer à une température ambiante. Le nouveau matériau est formé d’une combinaison entre un polymère, le polyéther et de la thiourée ou thiocarbamide. Cette association rend le matériau encore plus solide.

Un matériau pour une bonne perspective

Les scientifiques japonais ont expliqué que cette action était dans le but de prolonger la vie du verre au lieu de permettre de réparer ce qui s’est cassé. La découverte de ce polymère va donc permettre de doubler ou même de tripler la durée de vie des objets qui contiennent de la résine de verre. Yu Yanagisawa a présenté une perspective qui pourrait être bénéfique à l’échelle industrielle. « J’espère que le verre réparable deviendra un nouveau matériau respectueux de l’environnement qui évitera de jeter quelque chose s’il jeter quelque chose s’il s’est cassé » a- t- il affirmé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.